Cette semaine, bleu KLEIN sur mes ongles, normal tu me diras !

thumbnail (5)

 

 

J'ai beaucoup cuisiné, mon dos me faisant souffrir le yoga et la marche autour de la maison sont passés à la trappe.

J'ai testé une recette croisée sur l'Instagram de Gourmandises et merveilles, la Strata, celle-ci est à la ratatouille.

Pour synthétiser grossièrement, c'est un pain perdu salé aux légumes.

 

 

92498289_1031308767262721_539345478882426880_n

 

 

Les premières fraises du Gard nous ont régalés

thumbnail (6)

 

J'avais quelques poires et de la poudre d'amandes alors j'ai fait une Bourdaloue avec une bone pâte sablée, un vrai délice :

thumbnail (8)

 

 

Avec le poulet du dimanche, j'ai fait un gratin dauphinois, ça faisait bien longtemps, il était vraiment délicieux !

C'était un "vrai" : sans lardon ni gruyère !

 

thumbnail

 

 

J'ai fait une crème au chocolat qui est vraiment délicieuse, la recette indique des flans mais selon la cuisson que l'on applique, on peut obtenir une crème.

 

93418419_3116743065023254_2787084040212054016_n

 

 

Le tripot vit toujours ses heures de gloire !

 

 

thumbnail (4)

 

 

Je me suis remise à l'écriture et j'apprends mes textes pour le théâtre, peu importe si le spectacle a lieu ou pas, il sera toujours temps de les désapprendre !!!!

J'avance bien sur mon gilet à torsades. Je craignais de mettre 3 saisons à le tricoter mais je pense qu'avant la fin de cette parenthèse, j'aurai un joli gilet !

thumbnail (7)

 

 

Je lis à nouveau et pas du léger !

Le lambeau de Philippe Lançon est une véritable pépite.

Cet homme a une plume absolument magnifique.

Philippe Lançon a survécu au massacre de Charlie Hebdo, il a survécu certes mais défiguré.

Il raconte sa douloureuse reconstruction, tant physique que morale, ces heures passées sur la table d'opération pour retrouver un visage.

Il ne s'érige pas en héros, ni en donneur de leçon, il est d'une humilité renversante.

thumbnail (2)

 

Dans Rien n'est noir, Claire Berest nous comte la vie de Frida Kahlo, de l'adolescence jusqu'à la fin de sa vie.

L'écriture est toute aussi pétillante de Frida.

Je connaissais l'artiste, je savais qu'elle avait vécu des choses douloureuses, et c'est le moins que l'on puisse dire ...

Quelle plume, quel destin, encore du lourd émotionnellement parlant !

thumbnail (3)

 

 

Promis, les prochains seront "légers" ...

Je termine à l'instant la Mère Morte de Blandine de Caunes.

Un "gros morceau" aussi ...

Le seul qui m'ait fait pleurer - alors que certaines de mes amies ont été incapables d'aller au bout du lambeau, moi je l'ai lu avec avidité ... -, sans doute parce qu'il parle de femmes et de mères ...

Blandine De Caunes nous raconte la fin de vie de sa mère, la "grande" Benoîte Groult, terrassée par Alzheimer. 

Comme si cela ne suffisait pas, Blandine perd sa fille unique dans un accident de la route la même année.

A 36 ans, Violette laisse une petite Zélie de 9 ans derrière elle, le papa, blessé dans l'accident, s'en sortira.

Benoîte Groult avait expressément annoncé qu'elle ne souhaitait pas une fin de vie dépendante, ses filles ont respecté son désir et Benoîte a été euthanasiée quand Alzheimer a définitivement effacé l'illustre féministe.

Blandine De Caunes ne cache rien des sentiments qui l'ont envahie lors de cette terrible année 2016, la mauvaise blague du 1er avril qui lui arrache sa fille reste évidemment la plus grosse douleur, à 70 ans survivre à sa fille de 36 ans, c'est injuste, voir partir sa mère de 96 ans c'est douloureux mais dans l'ordre des choses. 

Blandine prend conscience que plus jamais elle ne s'entendra appeler maman et que plus jamais elle ne prononcera non plus  "maman", ça fait beaucoup pour une seule femme en si peu de temps ...

Mais Blandine a la vie chevillée au corps, elle va s'accrocher, pour Zélie et parce que les femmes de sa famille sont comme ça, des battantes.

Il est question de femmes de caractère, de sororité, d'amour inconditionnel.

C'est un témoignage absolument bouleversant !

 

 

92497928_2665671553714538_903167915098898432_n

 

 

J'ai aussi cousu des masques,

j'ai eu le bourdon un ou deux jours, j'ai beaucoup dormi.

Lundi, on va certainement nous annoncer une prolongation de taille, il ne faudra pas fléchir, maintenir le cap.

 

 Prenez soin de vous !