Je réalise avec effroi - l'échelle de valeur de mon sens de la mesure est un chouilla déréglée ! - que je ne vous ai jamais parlé.e.s du livre qui, il y a fort fort longtemps, a changé ma vie - sens de la mesure toussa toussa ! - !

C'est devenu un livre culte, et pas que pour moi apparemment  et encore aujourd'hui dans les moments de doute, je me remémore ces 4 principes de vie !

Seul reproche, la traduction initiale est vraiment pourrie, il paraît que c'est "moins pire" dans les éditions suivantes.

Les-quatre-accords-tolteques (1)

 

 

Les 4 accords toltèques sont donc 4 principes de vie à suivre pour être bien dans sa vie, en "cohérence".

Voici ce qu'ils sont et ce qu'ils m'inspirent :

1. Que votre parole soit impeccable

Ne dire que ce que l'on pense soi-même sans parler mal de soi ou des autres.

Celui là, mazette, il est balèse !

J'y travaille encore 12 ans après et il faut bien le reconnaître, ça n'est pas toujours facile !

Je me suis séparée d'un groupe d'amis il y a quelques années, parce que je ne supportais pas de les entendre déblatérer sur les autres, ça me révulsait.

Chaque soirée était l'occassion de dire du mal d'untel, pas assez intelligent, de machin, toujours habillé comme un plouc ...

Ces conversations dont j'étais témoin me vidaient littéralement de mon énergie.

Comment avoir confiance dans des personnes qui parlent mal des autres ?

Etaient-ils vraiment des amis ?

Comment parlaient-ils de moi quand je n'étais pas là ?

J'étais tiraillée entre ce côté détestable totalement naturel et décomplexé chez eux et leurs bons côtés ...

Enfin, leur seul véritable atout , être disponibles pour ma pomme ...

Parce que pour être honnête, avec mon Burn Out, personne ne se bousculait au portillon parce que je me protègeais en mettant la plupart des "gens" à distance !

Alors finalement, mieux vallait être mal accompagnée que pas accompagnée du tout ...

Jusqu'au jour où mon bon sens a repris sa place et où j'ai dit stop.

Plus de 10 ans après, je me tiens toujours très éloignée de ces personnes qui gravitent pourtant toujours dans mon périmètre de vie.

Et je ne l'ai jamais regretté, d'abord parce qu'ils sont toujours ce qu'ils sont et surtout parce qu'en allant mieux, j'ai su m'entourer de personnes plus "vraies".

Et s'il y a une chose que j'ai bien compris, c'est que nous sommes ce que nous vivons, entendons, lisons, cotoyons, ...

Plus encore lorsque, comme moi, vous êtes une éponge !

Et si je ne m'érige pas en sainte, j'ai foncièrement envie d'être "quelqu'un de bien", avant tout pour me regarder dans une glace sans avoir envie de vomir, pas pour combler le regard que les autres portent sur moi.

Je ne cherche plus à faire croire que je suis parfaite - le faux-self in the garbage -, je veux juste être fière de la personne que je suis quand je me couche le soir.

Il m'arrive encore de trébucher, mais ces accords ne sont jamais loin pour me relever !

L'autre jour, je me félicitais qu'une personne hautement désagréable avec la terre entière ait pris autant de poids pendant sa grossesse.

Bravo Cécile, tu m'écriras 10 fois "que ta parole soit impeccable" !!!

Je ne te félicite pas, Vilaine fille !

Bref, j'ai pris conscience de cette parole loin d'être impeccable.

J'ai pris acte, je me suis pardonnée d'avoir glissé sur une peau de banane et basta.

Mais en réalité, j'ai bien plus de facilité à avoir une parole impeccable à propos des autres que de moi-même.

Là aussi, la marche est très haute et la vigilance constante !

Tu sais les petites remarques que tu te fais à haute voix, parce que tu as raté un truc et que tu te traites de "grosse dinde".

Pour moi, c'est le plus difficile.

J'ai toujours eu beaucoup de mal à m'accorder la valeur que j'accorde naturellement aux autres.

Mais les choses évoluent positivement.

Tellement que lors d'un récent repas "amical", lorsque mon interlocutrice a passé son temps a remettre en question pas subtilement du tout ma façon de faire et d'être sous couvert de notre amitié, j'ai cru que c'était un test "3615 a-t'elle bien intégré les accords Toltèques" !!!

Honnêtement, je crois que c'est le travail d'une vie, mais pour ma part, je suis très fière de mon évolution !

Pour dire comme c'est un sujet crucial pour moi, j'ai arrêté d'aller à mon cours de Yoga parce que l'enseignante passait son temps en remarques assassines sur d'anciens élèves du cours.

Moi qui m'attendais à ne contoyer que des personnes à la parole "juste" dans ce milieu, j'ai été bien refroidie !

C'est dire si ce premier accord est un défi quotidien, mais malgré tout, loin d'être inaccessible !

 

2. N'en faites jamais une affaire personnelle

Ce que disent et font les autres ne sont qu'une projection de leur propre existence.

Je ne me croyais pas nombriliste et finalement en réfléchissant sérieusement à ce principe, j'ai réalisé que si !

Je prenais tout ce que je recevais de l'autre pour moi, j'étais persuadée que mon comportement amenait forcément les réactions de l'autre.

Alors que non, 3 fois non !

Les paroles et les réactions des autres LEUR APPARTIENNENT ! 

Ils réagissent en fonction de LEUR propre histoire.

Alors certes, parfois ils nous font vraiment de la peine et souvent ne se rendent même pas compte eux-même qu'ils transposent leur histoire sur nous.

A nous de choisir de passer outre ou d'aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte !

Et quand enfin tu as compris ça et que tu l'acceptes, les épaules sont nettement plus légères !

 

3. Ne faites aucune supposition

Ne pas interpréter des évènements, des actes, des paroles.

Au lieu d'imaginer ce que l'autre peut avoir dans la tête, lui poser des question afin d'éviter les malentendus et les dissensions.

C'était un de mes plus gros défauts : de peur de déranger, d'être intrusive, je n'osais pas poser certaines questions qui auraient éclaircies des attitudes qui m'attristaient.

Aujourd'hui, quand je tiens vraiment aux gens, s'ils ont des comportements qui me font du mal, j'essaie toujours d'en discuter avec eux pour comprendre.

Pour les autres, je ne suis plus touchée parce que j'applique le principe 2 "N'en faites jamais une affaire personnelle"  !

Parfois, le dialogue ne sert à rien, c'est rare, mais dans ces cas, on se casse, basta.

Je viens d'ailleurs de lire un bouquin qui m'a donnée une bonne piqûre de rappel, un thriller où une nana a toujours été persuadée que sa soeur savait qu'elle avait été violée et elle la détestait d'y accorder aussi peu d'importance, c'est à la mort de sa soeur qu'elle découvre que cette dernière ne savait pas. Elles ne se voyaient plus depuis 20 ans à cause de ça ...

Et je peux t'assurer qu'il n'y a pas que dans les Thrillers qu'on vit ce genre de chose 3615mafamillecestdallas

 

4. Faites toujours de votre mieux   

Celui là, c'est vraiment le plus facile pour moi, c'est dans ma nature !

Après m'être séparée de ce besoin récurrent de perfection, je sais aujourd'hui m'attacher à donner le meilleur de moi-même sans pression.

Si je rate ?

Tant pis, j'aurais au moins essayé en me donnant les moyens, pas de regret !

 

Bref, rien de révolutionnaire tu me diras, mais des évidences que l'on oublie trop souvent et qui rendent la vie bien plus légère.

Alors, bonne lecture !