Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cilou et ses aiguilles

Bienvenue

Contact3

Newsletter2

Catégories3

Recherche1

Visiteurs
Depuis la création 514 427

Archives

Design blog

byDamouredo

7 janvier 2021

Je ne rentre PAS dans une case et c'est cool !

Quand j'ai fait mon bilan de compétences en 2019, c'était vraiment en désespoir de cause, sans rien en attendre, avec la certitude que ce que j'aimerais être professionnellement, n'existait pas. Et encore, dans la mesure où je pouvais encore être quelque chose professionnellement !

Bonjour, la confiance ! Le Burn Out et mes problèmes de santé avaient totalement saccagé ma confiance. Bon, ok, elle n'avait jamais été faramineuse, mais elle m'avait tout de même amenée à un DESS de Finance à Sciences Po et à des postes à responsabilité … Mais ...

Même si socialement et professionnellement, j'ai été - il y a fort fort longtemps - parfaitement intégrée mon deuxième prénom c'était caméléon ! -, j'ai toujours eu le sentiment que je n'étais pas vraiment là où je devais être.

Attention, entendons nous bien, pas à cause des autres - même si certains ne m'ont vraiment pas aidé à avoir confiance en moi !!! -, mais parce que je me sentais en décalage.

Mauvaise volonté ? Véritable différence ? Un peu des deux sans doute !

L'avantage de prendre des années – enfin quand on sait se remettre en question ! -, c'est qu'on finit par accepter qui l'on est, mais de là à trouver sa place, c'est une autre « histoire » !

Donc, ok, d'accord, « Je suis ce que je suis et n'y puis rien changer » – et puis j'ai fini par m'accepter comme je suis, je vais pas foutre en l'air un si gros chantier !!!! J'ai failli écrire « m'aimer » au lieu de « m'accepter » mais faut pas déconner non plus !- alors comment on fait rentrer une bille comme moi – double sens involontaire … ou pas ! - dans un cube ?!

Grosse surprise quand l'intervenante, au bout de quelques entretiens, me dit « Avec vous, ce qui est génial, c'est qu'il y a de la matière ! C'est tellement plus agréable d'orienter quelqu'un qui possède autant de centres d'intérêt ! » 

 Ce que je voyais comme un handicap sévère, représentait pour elle un terreau fertile, Alleluia !

 Je ne suis pas très bisous mais là, je l'aurais bien embrassée - so 2019 les bisous !!! - !!

 Elle a trouvé comment réunir le plus grand nombre possible de mes passions dans un métier : Art Thérapeute.

J'ai bien tenté de freiner des 4 fers, mais il a fallu se rendre à l'évidence, et pour enfoncer le clou, une école, plutôt réputée, se trouvait à moins de 30 minutes de chez moi !

Il me restait à trouver comment financer 15 000 € sur 3 ans, sachant que notre colocataire démarrait des études supérieures …

Je commençais le processus avec CAP Emploi – la partie handicap de Pôle Emploi puisque j'ai une RQTH -afin de monter un dossier de demande de financement AGEFIPH.

Parallèlement, j'ai fait un stage d'immersion de 15 jours en Art Thérapie dans une clinique psy de jour. Cette quinzaine est venue confirmer ce dont je n'ai jamais douté - ce qui est plutôt rare chez moi !!! -, je suis douée pour tenir la main de l'autre. J'ai été bien notée, je me suis sentie à ma place, bref tout était parfait dans le meilleur des mondes !

Pourtant, un petit caillou dans ma chaussure me titillait.

Que voulait me dire ce petit caillou ?

Loi de l'attraction oblige, début Mars, CAP Emploi m'annonce que finalement «  à priori », « mais on est pas certain », « mais ne perdons pas espoir » …. que la formation n'est pas finançable parce que trop longue. Il faut du rapide, pour permettre une employabilité à court terme – enfin, on ne me l'a pas dit mais je le perçois comme ça ! -.

Mi-mars 2020, le COVID - ça ne PEUT PAS être la ! - et la fin des illusions !

A ce jour, je n'ai jamais eu de réponse ferme et définitive, j'ai donc gentiment remercié CAP Emploi qui m'aura fait perdre du temps et mes illusions !

BREF.

Le flou même artistique, ne convenant pas du tout à ma personnalité, je me suis rapidement questionnée sur une autre option.

Je m'en suis ouvert à 2 personnes, d'horizons très différents et cela m'a permis de verbaliser certaines évidences que je me refusais à prendre en compte.

  1. D'abord, mon Ego n'est pas assez apaisé pour que je passe outre « l'échec » professionnel que j'ai vécu. J'ai encore besoin de retrouver le monde du travail pour me prouver que je ne suis pas INCAPABLE de travailler d'être salariée. Cette réflexion m'est venue quand une copine psy m'a dit « Certains ne sont pas adaptés au monde du travail »

    Ok, peut-être.

    Pas moi, NON.MAIS.OH.BORDEL !

    Pas être adapté, c'est vexant non ? … Et puis, je l'ai été – à m'en rendre malade ... - pourquoi ne le serais-je plus ? … En même temps, qui a-t-il de glorieux à être adapté à un monde du travail comme celui-ci … BREF, tu vois, tout ça n'est pas très clair dans ma tête ! Là, tout de suite, début 2021, je te dirais que le salariat n'est plus forcément une envie, mais souvent Cilou varie ...

  2. De ce constat a découlé une autre évidence. Je ne me vois ni physiquement ni moralement attachée 35 heures à un bureau et à un employeur. Dieu merci, tu me diras j'ai le statut d'adulte handicapé, oui mais …

    En fait, je ne suis prête à faire l'impasse sur AUCUNE de mes passions, QUE LES CHOSES SOIENT BIEN CLAIRES ! Elles sont indispensable au semblant d'équilibre que j'ai recréé.

  3. L'idée pourrait donc être de surfer sur ces passions mais autrement que par l'Art Thérapie ?

    Loi de l'attraction bis oblige, mais dans le sens (+), une copine m'envoie une annonce pour un poste de Community Manager chez un éditeur de contenu DIY.

    Elle a immédiatement pensé à moi quand elle a vu l'annonce. J'avoue, j'ai été émue.

    Alors j'ai répondu à cette annonce parce que j'avais toutes les compétences requises, même si je ne me sentais pas légitime, rapport au syndrome de l'imposteur.

    Tu penses bien que je n'ai jamais eu de réponse, rappelle moi de ne jamais plus acheter de bouquins aux Editions de Saxe !!!

  4. Cet audace m'a fait prendre conscience, même si le bilan de compétences l'avait clairement établi qu'aider les autres c'est vraiment une vocation mais communiquer, transmettre, partager l'est tout autant !

    M en a remis une bonne couche lors de notre premier restau copines post confinement !

    J'ai suivi son conseil – en fait l'idée nous est venue en même temps ! - et posé visuellement toutes mes passions /compétences. Avec pourquoi pas, l'idée d'en professionnaliser un maximum. Pour aboutir, dans certains de ces domaines, il va me falloir me sentir légitime et étoffer mes compétences par de la formation. Mais pas sur 3 ans et pas à 15000 €

  5. Alors je ne suis toujours pas sur la ligne d'arrivée, mais qui sait, je reste optimiste, parce qu'en général quand je veux quelque chose, je l'obtiens ( mulet croisé cochon, ascendant tête de lard ! ).

  6. De ce cheminement, j'ai verbalisé tout haut mon rêve ultime :

  • Le lundi, je serai thérapeute ( c'est une journée difficile pour tout le monde le lundi !!! )

  • Le mardi, je serai créatrice de fringues tissu et maille,

  • Le mercredi, j'écrirai ( un livre ? )

  • Le jeudi, je monterai des événements autour des loisirs créatifs,

  • Le jeudredi, je transmettrai mes connaissances par des formations

  • Le Vendredi, Je ferai du théâtre,

  • Le vendi, je bloguerai

 

Voilà, en gros, j'aimerais être slacheuse !

Comment ça, le jeudredi et vendi n'existent pas ?!

Oui, je suis gourmande, mais c'est pas interdit de rêver ?!

Je pense que tu as compris l'idée, si je veux continuer à « mieux respirer » dans ce monde ( de fous ), je pense qu'il va falloir que je m'invente mon potentiel quotidien professionnel. Un peu à la Florence Servan-Schreiber, mais en toute humilité ! Et surtout que je « dose » tout ça pour ne pas altérer ma santé.

Parce que le Burn Out a mis à mal mes « forces » et que je mets plus de temps à recharger mes batteries. Parce que de ne pas écouter son corps pendant si longtemps, ça génère des pathologie qui fatiguent l'organisme.

Pourtant, mes proches te diraient que je les fatigue tellement je suis active, mais en réalité je suis un peu magicienne et je jongle parfaitement pour qu'un temps actif soit rapidement compensé par un temps de repos sinon je m'écroule !

Là tout de suite, j'ai juste envie de faire la sieste et ne penser à rien tellement je suis fatiguée par la douleur ! Parfois ma santé revient sur le devant de la scène avec un peu trop d'Ego et mes jolis projets, je les range dans un tiroir, plus ou moins accessible.

Donc, cet exemple a peu de chance de se concrétiser mais j'ai envie de m'employer à m'en rapprocher.

Ce n'est pas du pessimisme, juste de la lucidité et ça ne m'empêchera pas de ne rien lâcher ! 

Et en réalité, si je suis objective, je m'y emploie déjà depuis plusieurs années sans être rémunérée !

Finalement la marche n'est peut-être pas si haute pour professionnaliser tout ça !

Notre Société très « Prière de rentrer dans la case qui vous est destinée » tue dans l'oeuf des personnes passionnées comme moi qui donnerait leur âme pour leur travail.

 J'ai découvert qu'on nous appelle les multipotentiels.

Un terme bien pompeux pour dire qu'on se passionne pour Trouze Mille trucs.

 Au lycée, j'aurais aimé être médecin et je dessinais en cachette – les artistes, tous des mécréants … -.

Un médecin artiste, ça aurait été cool !

Parce que non, c'est pas parce qu'on a un esprit scientifique que l'on ne peut pas AUSSI avoir une fibre artistique BORDEL.DE.CROTTE

Bref, tout ça pour dire que je n'ai jamais eu de vocation ultime, tant de choses me passionnent !

Alors voilà, sache que si toi aussi tu pars dans tous les sens, non tu n'es pas un OVNI, tu es toi et ce n'est pas un vilain gros défaut.

Il te reste juste à trouver une entreprise multipotentiels Friendly !

 

Et moi, je vais continuer à m'activer afin de n'avoir aucun regret, à multipliers des projets qui me nourrissent en respectant ma santé, peu importe ce qu'il en ressort, parce que même s'il n'en sortait rien, le plus beau c'est le chemin, pas la destination !

 

Commentaires
L
C'est chouette de te suivre dans tes cheminements. Slacheuse aussi, il m'a fallu 3 ans pour trouver ma voie ! des bisous !
Répondre
D
Ton article me fait tellement éco. Je viens de découvrir que je suis donc peut-être slacheuse... Ton post est super intéressant. Merci
Répondre
A
Slasheuse forever... ♥
Répondre
R
Bin oui on peut etre multifacette...et c'est trop bon si on peut les faire toutes ces facettes...bonne annee avec un chouette programme de la semaine...;)
Répondre
M
Bienvenue chez les multipotentiels ! C'est chouette d'avoir envie de tout et d'être capable de presque tout ! Belle et heureuse année
Répondre