J'ai parfois, enfin hum, souvent, des idées saugrenues ...

Dans quoi m'étais-je embarquée, quand j'ai décidé de teindre de la laine en jaune pour le mois de l'Endométriose ?!...

J'ai bien pensé faire le "mort" en me disant que personne n'aurait remarqué cette Nième idée lancée à la volée !

Mais je connais bien deux ou trois rigolotes qui m'auraient prise en faute, alors je suis allée au bout de mon idée.

J'ai commencé à recenser sur le net toutes les infos que j'ai pu glaner sur la teinture végétale pour la laine.

J'ai pris un livre à la bibliothèque et l'on m'en a prêté un.

Avec tout ça, j'avais une idée assez précise de mon sujet " teindre en jaune et en vert".

J'ai commandé mes végétaux chez Alysse Créations.

J'ai commendé 5 écheveaux chez Terroir Laine, le 6ème écheveau, légerement plus clair, provenant de Laines Paysannes, je l'avais acheté chez Du Thé et des Laines.

J'avais besoin de 6 écheveaux de fingering - 400 m pour 100 grammes -.

Je voulais du jaune pour le corps du modèle, Monstera de Marie Amelie Design.

Et je voulais du vert pour la feuille de Monstera.

Pour le choix des végétaux, j'ai fait confiance aux conseils délivrés sur le site Alysse Créations.

J'ai pris pour faire le mordançage - l'opération qui permet la bonne fixation des pigments - de la poudre d'Alun et de la crème de tartre.

J'ai pris 100 grammes de curcuma et 100 g d'écorces de grenades pour faire le jaune.

Et pour le vert, de la Tanaisie et du sulfate de fer pour le nuançage, le vert ne se révélant dans le bain de tanaisie que lorsque l'on ajoute en fin de cuisson quelques grammes de sulfate de fer.

Craignant de ne pas réussir mon vert, j'ai pris aussi de l'écorce de chêne en poudre pour faire un gris.

Ce qui m'a vraiment convaincue de me lancer c'est l'EXCELLENTE vidéo de Nathalie, By Night Création, sur la teinture naturelle.

Les explications sont très complètes et lorsque j'avais des questions subsidiaires, j'ai trouvé facilement les réponses sur divers sites.

Mais c'est vrai qu'il m'a fallu fouiller pour arriver à obtenir toutes les infos que je voulais !

J'aime beaucoup me lancer à l'instinct sur la confection d'un tricot "sans filet" parce que je maîtrise plutôt bien mon sujet mais là, totalement novice, je voulais avoir le maximum d'infos pour me sentir en confiance et ne pas gâcher mes végétaux et mes écheveaux. 

Ce qui m'inquiétait, outre le fait que je puisse rater les couleurs, c'était de feutrer la laine.

C'est finalement le plus grand risque puisqu'on chauffe la laine.

Ce qui est CRUCIAL, c'est une montée en température ré-gu-lière.

Mon autre problème s'est pointé quand j'ai réalisé que mon récipient destiné aux bains ne serait pas assez grand pour 4 écheveaux et qu'il me faudrait faire deux bains de teinture pour le jaune, au risque de ne pas avoir la même couleur.

A l'heure où j'écris ce passage, je finis mon premier bain, le jaune est superbe, qu'en sera-t'il du second ?!

A l'heure où je finis cet article, j'ai la même teinte pour mes deux bains, ALLELUIA !!!

Je vais vous résumer mon cheminement en essayant d'être la plus exhaustive possible sur mon expérience, pas sur la teinture végétale qui mériterait sans doute 10 livres !

Les végétaux achetés étant déshydratés, je les ai mis à tremper dans des pots pendant plusieurs jours pour les réhydrater avant de faire la décoction.

S'agissant d'écheveaux bruts, ils ne sont noués qu'une fois avec le début et la fin du fil de l'écheveau.

J'ai donc ajouté des  " nouettes" avec un fil coton à chaque écheveau pour éviter que dans la marmite, les fils ne se mélangent entre écheveaux.

J'ai investi dans une bassine 3€ - j'en avais déjà une, et les deux m'ont été utiles -, des gants M.a.P.a, des cuillières en bois, un bol pour mes mélanges.

Merci G.i.F.i, pas question d'investir lourdement tant que je ne suis pas certaine de devenir accro à la teinture !

Le but étant de ne pas utiliser mes ustensiles de cuisine, le sulfate de fer et l'alun ne sont pas comestibles !

 

nouettes

 

 

Puis j'ai fait deux lavages/trempage de mes écheveaux.

Le premier avec une goutte de lessive spéciale laine, le second neutre.

Une heure de trempage à chaque fois.

L'idéal est de faire toutes les opérations la même journée pour éviter que les écheveaux ne sèchent, puisqu'ils doivent être humides lorsqu'on mordance et quon teint.

Ca n'a pas été le cas pour moi, j'ai dû remouiller mes écheveaux et donc utiliser plus d'eau que de raison.

premier bain lessive

deuxième bain neutre

 

 

Puis vient l'étape du mordançage.

Le mordançage étant l'étape qui prépare la fibre à accueillir et à garder les pigments.

 Certains végétaux, très riches en tanins ne nécessitent pas de mordançage.

Le curcuma par exemple mais comme il n'est pas solide à la lumière - il ne tient pas - je l'ai associé, sur les conseils de la boutique Alysse Créations à l'écorce de grenade, qui permet le maintien des pigments.

Alors j'ai mordancé pour ne prendre aucun risque !

Le plus compliqué a été de choisir les proportions de poudre d'alun et de crème de tartre à utiliser parce que ça diffère pas mal d'un site à l'autre.

S'agissant de "chimie" - oui même avec des matières naturelles  !- et de PH,  si votre eau est calcaire, elle aura une incidence sur votre action. 

Certains sites conseillent de mettre plus d'alun quand l'eau est calcaire.

Ce qui est le cas de mon eau mais j'ai choisi de suivre l'avis de la majorité qui conseille 10 % de poudre d'Alun et 6 % de crème de tartre par poids de laine sèche.

J'ai mélangé dans mon bol puis mis dans ma marmite.

La quantité d'eau n'intervient pas, j'ai mis un maximum d'eau pour que mes écheveaux aient de la place.

Une fois les produits mis et mélangés dans la marmite, j'y ai plongé mes écheveaux mouillés de façon homogène.

Les 30 premières minutes permettent la montée en température régulière de l'eau jusqu'à 70/75 degrés pour éviter le feutrage de la laine.

C'est le choc thermique qui provoque le feutrage.

Une fois la température obtenue, on maintient la température 45 minutes à une heure.

Tout ça se fait avec GANTS, MASQUE et HOTTE ASPIRANTE !!!!

Puis, on laisse redescendre en température.

Et enfin, on rince nos écheveaux.

alun crème de tartre

bain mordançage

 

L'étape qui vient n'est valable que lorsque vous utilisez des végétaux, pas de la teinture en poudre.

Les végétaux ont été réhydratés pendant plusieurs jours dans de l'eau.

Ce qui va permettre de préparer la décoction qui va teindre la laine. 

 

Tanaisie et nuançage au sulfate de fer = Vert Olive

 

Donc ma tanaisie, après avoir pris un bain pendant plusieurs jours, a repris un bain, cette fois-ci bouillonnant dans ma marmite !

A bouillon, pendant une bonne heure voire plus.

Là pour la température à vous de vous faire une opinion, moi je suis restée aux alentours de 70 degrès, mais j'ai lu que certaines faisaient des bouillons à moins de 100  degrés.

Une fois, la cuisson terminée, la température redescendue, on passe le jus à l'étamine - que je vous montre plus bas - pour récupérer les végétaux.

Certaines, laissent le bain avec les végétaux toute une nuit avant la filtration, ça n'a pas été mon cas.

humidification tanaisie

 

Une fois le bain filtré, et après avoir mouillé uniformément les écheveaux pour que les pigments prennent de partout et assurent une bonne répartition de la couleur, on plonge les écheveaux dans le bain.

Pendant 30 minutes, on monte en température et une fois à 70/75 degrés on maintient une heure en remuant DOUCEMENT régulièrement.

J'ai lu que certaines montaient le bouillon à 80/90 degrés, je n'ai pas osé. 

Certaines replongent l'étamine avec le végétal dans le bain - ici la tanaisie - pour avoir une couleur plus soutenue.

décoction de tanaisie

 

Lorsque la laine a cuit, que le bain est environ à 50 degrés, on retire les écheveaux - je les ai soulevés au-dessus du bain avec un bâton, le temps du mélange peut-être aurez-vous besoin d'une deuxième paire de bras pour faciliter la manoeuvre - pour ajouter le sufate de fer, que j'ai préalablement préparé dans mon bol.

Attention, le sulfate endommage le fil, il ne faut pas dépasser 3 % du poids de la laine sèche quel que soir le volume d'eau !!! 

sulfate de fer

 

On remet la laine dans le bain où on aura mélangé le sulfate de fer - bain qui vire au vert - et on cuit 5 minutes à 60/65 degrés.

Attention, au préalable, j'ai préparé une bassine d'eau à 60 degrés pour basculer les écheveaux du bain vers l'eau pour maintenir la température et éviter le feutrage car la laine ne doit pas rester dans le bain avec sulfate au risque d'abîmer la fibre.

nuançage tanaisie sulfate

 

Une fois, la température de l'eau retombée - 30 degrés environ -, on sort les écheveaux puis on les rince les jusqu'à ce qu'ils ne dégorgent plus.

J'ai fait un dernier trempage avec une goutte de lessive pendant 30 minutes.

Evidemment, quand on essore, on ne sert pas la fibre comme une dingue, pour ne pas l'endommager !

Certaines utilisent une essoreuse à salade - qui ne servira évidemment qu'à la salade ... NON à la laine !!! -.

On ne sèche pas la fibre au soleil, on pense à mettre la bassine sous l'étendoir pour les gouttes d'eau qui vont tomber !

Curcuma et écorces de grenade = jaune

Même combat pour le mélange curcuma/écorce de grenade !

Mais là, il s'agit d'écorces donc la réhydrataion sera plus longue - une semaine max - et le bouillon durera plus longtemps - je pense que j'ai cuit une heure de plus-

humidification des végétaux

décoction curcuma grenades

Voilà la fameuse étamine dont je parlais plus haut.

Un tissu à la maille lâche qui vivait sa vie dans mon atelier !

J'ai gardé les résidus de curcuma et d'écorces de grenade, si me reprenait l'envie de teindre à nouveau jaune !

restes cucuma grenades

 

étamine

 

La difficulté résidait dans le fait que je devais faire deux bains de teinture, car mes 4 écheveaux ne rentraient pas dans ma marmitte.

Une fois que ma décoction a été filtrée, je l'ai remise dans la marmite, et pesé - pense à tarer ta marmite avant ! -.

J'ai bien remué la décoction pour que les pigments ne stagnent pas au fond et j'ai transvasé la moitié du poids de la décoction dans une bassine.

J'ai essayé de faire le même temps de levée en température avec écheveaux - 30 minutes - puis le même temps de cuisson - 1 heure - et surtout avec la même température pour les 2 bains.

RAPPEL :  

       ° on mouille les écheveaux de façon UNIFORME avant de les plonger dans la décoction

       ° Pendant 30 minutes, on monte en température et une fois à 70/75 degrés on maintient une heure en remuant DOUCEMENT régulièrement.

Et apparemment j'ai tout bon parce que mes 4 écheveaux ont la même couleur !

Tadaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaam !

Sous vos applaudissements !

écheveaux teints

 

Voilà pour mon aventure tincturiale qui m'a bien régalée !

Si vous tentez suite à cet article, n'hésitez pas à venir me le dire ou si vous voyez des lacunes dans mes propos, j'attends vos remarques CONSTRUCTIVES !

Si vous voulez un livre pratico pratique, j'ai utilisé celui-ci :

livre

 

Si vous cherchez un livre très pointu sur le sujet, vous avez celui-ci : "Le monde des teinture Naturelles" de Dominique Cardon.

livre bis

 

 

Sur le forum Tricofolk, vous trouverez de nombreux items sur la teinture. 

Imogène a fait également quelques articles très intéressants, même si elle pratique la teinture chimique.

Ce n'est pas péjoratif, c'est juste que le process n'est pas le même, mais certains articles vous intéresseront malgré tout !

Bref, vous avez matière à développer votre nouvelle addiction à la teinture laine désormais !

Et surtout, ne me remerciez pas !!! Ou alors en m'offrant vos écheveaux teints !!! #BLAGUEOUPAS