J'ai participé fin août à un concours sur le site Cµltµra sur le thème de la rentrée.

Le texte est sorti d'un jet, je me suis beaucoup amusée à l'écrire.

Bonne lecture !

 

 

Demain, lundi, c’est le premier jour du mois de septembre.

J’ai préparé ma trousse, mon sac et ma tenue pour cette nouvelle rentrée.

J’ai choisi, afin de me donner du courage, une nouvelle trousse en Liberty, dans laquelle j’ai rangé mon stylo quatre couleurs préféré et ma règle à paillettes. Quant à ma tenue, Maman après m’avoir fait choisir les tissus, m’a cousu une jolie chemise rose pâle et une jupe fleurie avec de grandes poches pour y cacher mes mains que l’école rendra moites. 

Comme chaque année, ma nuit va être peuplée de cauchemars ubuesques : me rendre à l’école en pantoufles, sans culotte ou pire, en ayant oublié comment je m’appelle …

Maman aura pourtant tout fait pour atténuer mes angoisses : du gelsenium 15 ch dès le 1er juillet, des sorties estivales pour m’occuper l’esprit et surtout le gâteau tout chocolat de veille de rentrée. Gras et sucre, la combinaison gagnante pour tenter d’endormir mon anxiété.

Mais le mal est profond et implacable : je hais l’école !

Malheureusement nul n’y échappe et je n’ai jamais pu déroger à cette règle.

Myrtille, mon chien vient se lover contre moi dans le canapé. Nous passerons tout le week-end ainsi, parce que je suis incapable de quitter la douceur de ce lieu familier, tétanisée et dans l’anticipation du pire. 

Maman a beau m'expliquer que plus de quatre vingt dix pour cent de mes peurs sont irréelles, rien n’y fait.

Je sais déjà qu’à peine arrivée à l’école demain matin, il me faudra courir aux toilettes pour vomir mes tripes. L’angoisse aura vrillé mon estomac. Seule ma bile rejoindra la cuvette, parce que je n’aurai évidemment rien pu avaler au réveil.

Maman est bien démunie face à ma détresse.

Mais le médecin a été intransigeant : « Madame, votre fille a 35 ans, elle est enseignante, peut-être va-t’il falloir un jour lui lâcher la main ?! »

 

logo écrivons C&sA